– La marche est écologique – on ne brûle pas des centaines de litres d'essence et on n'use pas le bitume. C'est plutôt le bitume qui use nos pieds. Si possible choisir son équipement avec soin, éviter le made in china, pour limiter l'impact sur la planète – La marche est économique – à part une bonne paire de chaussures et un sac à dos adapté pas de gros frais à prévoir – La marche est naturelle – c'est notre moyen de déplacement le plus inné – La marche est bénéfique – pour le corps et l'environnement. Et aussi pour l'esprit qui s'allège allègrement de ce qui l'encombre d'habitude – La marche est politique – privilégier la lenteur est un acte citoyen qui va à contre-courant de la vitesse qu'on impose dans nos vies. Marcher est le choix qu'on fait de ne pas contribuer à la société qui consomme à l'infini – La marche est poétique – elle nous permet de regarder attentivement ce qui nous entoure, d'écouter tous les sons qui viennent à nous, de laisser libre cours aux pensées, à la parole et à l'imaginaire qui se déploie

 

été 2020 première tournée à pied
avec le spectacle LES OISEAUX VOLENT ET NOUS MARCHONS

Concert poétique en itinérance, 45 mn, 35 jours de marche sur le chemin de Compostelle, 23 représentations en soirée dans les villages d'étapes, 700 km à pied entre Aumont-Aubrac et Saint-Jean-Pied-de-Port,  1 sac à dos et 1 paire de chaussures, quelques instruments et accessoires

1/8

LES OISEAUX VOLENT ET NOUS MARCHONS se sont des chants de partout et pour tous les temps. De la musique classique, interprétée dans son état le plus pur ou de façon très détournée et des chants du monde. Des textes parlés viennent compléter l'histoire qui se tisse. C'est une esquisse de ce que pourrait être la vie, simple et sincère. La voix dessine le chemin. Qu'elle chante ou qu'elle parle. Elle est parfois le seul instrument, parfois accompagnée par le ukulélé ou de petits instruments en matériaux recyclés et d'objets quotidiens que l'on peut trouver dans le sac à dos d'une marcheuse.
Le spectacle est écrit mais s'adapte aux différents lieux, aux acoustiques, aux publics, il est prêt à sortir des balisages. Je joue dans les petites églises des villages ou chez l'habitant. Dans une envie de proximité avec ceux et celles qui écoutent et regardent.

Ici un récit de mon voyage publié dans le magazine L’Écho des chemins de Saint-Jacques.

Un grand merci à toutes ces belles personnes qui ont croisé ma route, qui m'ont soutenue et accompagnée : Catherine J. - Julie - Aurélie - Jean-Yves - Hélène L. - Catherine G. - Catherine V. - Christine - Agnès - Myriam et Jacques La Rose d'Aubrac - Monsieur Fontanier - Géry et Florence et Sylvie et Éric et toute la troupe bruxelloise - Mireille Au Fil de l'Eau - Annaelle La Halte Saint Jacques - Madame Pradalier - Michel Le Soulié - Arlette - Frère Jean-Daniel Abbaye de Conques - Andrea La Vita è Bella - Madame Lobréau - Christophe - Catherine Le Pèlerin - Edwige - Camille - Irina - Annemarie - Maxime - William - Fabrice - Waltraud et Sepp - Elsa et Manu Gîte de Poudally - Jaqui Le Papillon Vert - Mahdi Caminoloc - Rémy Ferme de Trigodina - Monsieur le Maire de Labastide-Marnhac - Anny - Père Christian Robert - Maxime - Sandra et Jean-Claude Mairie de Lauzerte - Ana Tamba'kï - L'Ancien Carmel de Moissac - Anne La Petite Lumière - Muriel et Frédéric Le Par'Chemin - Vincent - Isabel L’Étoile Occitane - Bernard Salle Louise Labé - Laurent Le Refuge - Dan - Claire L'Ancien Carmel de Condom - Jean-Marc et Véro Champ d’Étoiles - Muriel En Chemin - Abbé Bankole Alexis - Hélène B. - Isabelle et Alejandro La Maison des Pèlerins - Abbé Arago Jacques - Lili et Jef La Maison du Grillon - Marie-Laurence Le Chemin Enchantant - Simone La Ferme Bohoteguia. Et beaucoup d'autres !